Life Linda Life Linda
Rechercher !
 Les actions


Surveillance des pratiques de Whale-Watching

Acquisition des connaissances

Tursiops truncatus
Photo : GECEM

Présentation


Il s’agit pour les agents des Réserves Naturelles des Bouches de Bonifacio et de Scandola de mettre en place une cellule de surveillance des pratiques de Whale-Watching et du comportement des plaisanciers ou des bateaux de promenades en mer. Des sorties ont été spécifiquement organisées
pendant la saison touristique pour observer cette activité en plein essor.


Action réalisée


Cette action a été mise en oeuvre par les agents des deux Réserves Naturelles des Bouches de Bonifacio et de Scandola au cours de sorties spécialement dédiées à cette action. Ils ont eu pour mission de caractériser et surveiller le comportement des Whale-watchers : temps de suivi des
dauphins, fréquence des rencontres, attitude des plaisanciers face aux dauphins etc. En présence de pratique avérée d’observation, les agents ont informé les plaisanciers sur les risques de telles pratiques, sur le code de bonne conduite ainsi que la nécessité des actions de conservation de cette espèce notamment au travers du programme Life LINDA.
Les missions prévues ont bien toutes été effectuées, même si certaines (notamment sur les Bouches de Bonifacio) n’ont pas données lieu à une fiche d’observation. Une fiche d’observation a été élaborée par le PNRC en collaboration avec le GECEM.


Résultats


Au cours des missions organisées sur les deux sites 35 fiches de comptage ont été renseignées, mais uniquement sur le secteur de la RNS. Aucune mission d’observation n’a abouti dans le secteur de la RNBB, la très grande surface de celle-ci, ajouté à sa géographie et à sa géomorphologie rendent les rencontres « plaisanciers/dauphins/gardes » particulièrement rares. A contrario, la Réserve Naturelle de Scandola a une surface inférieure et sa géographie (côte linéaire : nord /sud) permet des rencontres plus nombreuses, plaisanciers et dauphins « navigants » tous sur l’étroite bande côtière.

Type et nombre de bateaux.


Le nombre de navires présents au même moment lors d’interactions résulte d’un phénomène d’agrégation : En effet les bateaux présents a proximité d’un bateau en action d’observation se joignent à ce dernier (ce phénomène est largement relaté dans les remarques des fiches
d’observations). 6 à 7 bateaux peuvent être présents sur la zone mais c’est en moyenne des groupes jusqu'à 4 bateaux (83 % des contacts) qui se trouvent présents lors d’interactions.
Le type des embarcations présentes lors de contacts sont en grande majorité des bateaux à moteurs et les jets ski, les voiliers ne constituent quant a eux que 5 % des contacts. La forte contribution des jets ski a surtout été constatée en 2005 et 2006 : cette pratique s’est considérablement accrue ces
dernières années. Ces derniers sont souvent présents en groupes nombreux et contribuent de façon significative au nombre de bateaux présents sur zone lors des interactions (indice de corrélation =0.78 p< 0.05)
Il est à noter que 15% des interactions se passent avec les bateaux de promenade en mer qui n’hésitent pas à se joindre à d’autres bateaux en observation mais dans la moitié des cas ils sont présents seuls.

Comportement des navires et des plaisanciers lors des interactions.


Les navires dans la totalité des cas se déroutent pour aller au plus près des dauphins et à 97 % à moins de 50 mètres des individus. Pour les bateaux à moteurs et les voiliers dans 90 % des cas le moteur est en fonctionnement et les navires se déplacent en moyenne à une vitesse de 12 noeuds. Le comportement des personnes lors de ces contacts se caractérise par des prises de photos dans 50 %
des cas et moins fréquemment par des tentatives de nage avec les dauphins (12 % des cas). Il est à souligner des comportements très insistants des jets skis qui vont au plus près des groupes et faisant parfois des cercles rapprochés.

Comportement des groupes de dauphins.


Lors des contacts seule l’espèce Tursiops tuncatus était présente. Les groupes composés en
moyenne de 11 individus accompagnés dans ¼ des cas par des jeunes. Dans 71 % des cas l’interaction provoque l’éclatement des groupes puis une fuite dans 85 % des cas et/ou une plongée dans 68 % des observations. Les dauphins ne viennent que peu à l’étrave 18 % en présence de voiliers mais aussi de bateaux à moteurs.

Caractérisation des interactions


La durée des interactions est en moyenne de 17 minutes, dans 75 % des cas elle est inférieure à 20 minutes mais il a été aussi constaté des interactions beaucoup plus longues allant jusqu'à 50 mn. Le début des observations ont lieu à 87 % sur des fonds inférieurs à 100 mètres en moyenne de – 66 mètres.
Lors de l’observation les groupes de dauphins se déplacent vers des zones plus profondes en moyenne de – 66mètres.

Rapport technique final Life LINDA – 31 août 2007 69
La profondeur en fin d’observation est significativement plus grande en fin d’observation p<05 (-128 m). Les groupes de dauphins ont donc tendance à s’éloigner de leur habitat préférentiel lors de rencontre avec les plaisanciers. Nous sommes bien en présence de dérangement significatif : les animaux modifient leur comportement, ils s’éloignent des zones de rencontre avec les bateaux.
Les distances parcourues lors des interactions sont en moyennes de 2,32 km elles représentent un minimum car l’évaluation a été faite en prenant la droite reliant les 2 points de début et de fin d’observation.
Cette action a permis de dresser une première caractérisation des interactions sur le secteur de Scandola on notera que dans leur grande majorité elles se situent à proximité de la côte, milieu de prédilection pour le Grand dauphin.
Le manque de données pour le secteur des Bouches de Bonifacio est en partie explicable par l’étendue des secteurs partagés par les dauphins et les bateaux mais aussi les équipes de garderie.
Le caractère exposé du secteur ne présente pas des conditions météorologiques optimales pour permettre l’observation des interactions dans la mesure ou la circulation des bateaux se fait essentiellement en milieu de journée alors que les conditions d’observation sont défavorables.
Les données sur le comportement des plaisanciers lors des interactions soulignent la nécessité de communiquer largement sur les règles de bonne conduite pour cette activité car dans la grande majorité des cas les interactions se déroulent en dehors du cadre fixé par ce dernier et que la sensibilisation effectuée à la suite des interactions constatées sont plutôt bien perçues par les plaisanciers.
Imprimer


La solution, c'est vous !
Eco-volontaires
nous recherchons des écovolontaires disponibles 1 mois et demi : du 15 juin au 31 juillet ou du 1 août au 15 septembre 2006

En savoir +
Partenaires :
La commission européenne WWF Office de l'environnement de la Corse Reserve Naturelle des Bouches de Bonifacio Parc Naturel Régionnal de Corse Université de Corse Sanctuaire PELAGOS Direction Régionnale de l'environnement