Life Linda Life Linda
Rechercher !
 Les actions


Evaluation des pratiques de Whale-Watching : étude socio-économique

Gestion

Tursiops truncatus
Photo : GECEM


Présentation


Il s’agit de l’étude des activités de whale-watching organisées par des structures commerciales (organisateurs de promenades en mer, de charter à voile, de pêche au gros, loueurs de bateaux) ou associatives.
Cette action a été sous-traitée à deux prestataires chargés d’identifier les opérateurs, les pratiquants et l’évolution de cette activité touristique en plein essor.


Activités réalisée


La première partie de cette action a été sous-traitée à une équipe de sociologues (l’équipe du Professeur Richez ; Université Aix-Marseille). L’étude ne s’est pas limitée aux sites du Life LINDA dans la mesure où certains ports d’attache des navires ou des sociétés de location et de visite se
situent à l’extérieur des sites concernés.
Une étude exploratoire préliminaire a été menée sur le terrain en juin 2004, puis 24 jours d’enquête proprement dite se sont déroulées en juin, juillet et août 2004.
L’enquête de terrain comportait plusieurs volets : questionnaire, entretiens semi-directifs ou simple visites dans des lieux stratégiques (quais des ports, centre d’information…). En 2005 un complément d’enquête a été réalisé ainsi que le travail sur l’image du dauphin et les potentialités de développement de l’activité en Corse.
La deuxième phase de l’étude a été réalisée par le bureau d’étude Souffleur d’Ecume et considère notamment la demande du CRPMEM (Comité Régional des Pêches Maritimes et des Élevages Marins de Corse) qui, en 2005, a exprimé le souhait d’une douzaine de professionnels de développer une activité de whale-watching, en complément de la pêche dans 3 zones Natura 2000. Cette proposition a été accueillie favorablement sur le principe par plusieurs instances gestionnaires (la partie française du Sanctuaire Pelagos, le Parc Naturel Régional de Corse et la Réserve Naturelle des Bouches de Bonifacio en particulier). En effet, un tel projet de pluriactivité, s’il est bien organisé, peut permettre de faire passer le dauphin du statut de « concurrent » à celui de précieux auxiliaire économique, participant dans le même temps à limiter la pression de pêche et donc à contribuer à la protection des ressources halieutiques côtières. Autant d’éléments qui laissent envisager un projet aux multiples facettes vertueuses.
Néanmoins, chaque médaille ayant son revers, il fallait considérer l’impact éventuel d’une telle activité sur les populations de Grands dauphins concernés. En effet, de « précieux outil de développement eco-touristique », le whale-watching peut devenir un grave agent de perturbation de l’écosystème s’il n’est pas géré convenablement (cf. Beaubrun, 2002 et Mayol & Beaubrun, 2005 ).
Cette deuxième partie de l’étude se situe dans un contexte de développement important du whalewatching en Méditerranée française (Mayol & al., 2007) comme italienne (Fortuna & al., 2004).
A ce titre, le Sanctuaire Pelagos et l’Accord ACCOBAMS initient un dispositif de gestion volontariste du whale-watching dont les acteurs (opérateurs et rescripteurs de l’offre touristique) ont récemment validé le principe sous l’aspect d’une formation et d’un label associé. Cette approche volontariste
permettra au grand public d’identifier les opérateurs inscrits dans une démarche écologiquement respectueuse puisqu’un important dispositif de communication devra être mis en place autour de ce label.
Ainsi, cette étude a pour corollaires :

  • D’évaluer l’état de la demande des pêcheurs professionnels corses souhaitant compléter
    leur activité de pêche par une pluriactivité intégrant l’observation des cétacés,

  • D’évaluer les perspectives liées à ces projets et de recenser les contraintes rencontrées
    par les pêcheurs,

  • De recenser des expériences proches menées ailleurs dans le monde pour les éléments
    qu’elles pourraient apporter aux projets corses,

  • De mettre à jour les connaissances relatives au statut actuel du whale-watching en Corse,

  • De proposer des orientations et des recommandations de gestion pour assurer un
    développement durable de cette activité, en particulier au regard des impératifs de
    protection des Grands dauphins,

  • D’intégrer ces préconisations au sein du dispositif de gestion international du
    whalewatching en cours tout en considérant les spécificités corses.


Résultat


Quelle évolution pour l’observation commerciale des Cétacés en Corse ?



L’observation des Cétacés pratiquée de façon commerciale en Corse est aujourd’hui peu représenté (3 opérateurs officiels). Mais le potentiel de développement est fort et depuis une dizaine d'années les pêcheurs corses émettent le souhait de développer la pluriactivité. Aujourd'hui une douzaine d'entre eux sont prêts à avoir des activités d’observation des Cétacés en complément de leur activité de pêche (“pesca turisme”). Cette diversification transformerait leur activité traditionnelle, aujourd'hui strictement saisonnière, en une activité plus importante tout au long de l’année.

Mais le développement du « pesca turisme » est soumis à des contraintes juridiques et financières encore importantes. Il faudra que le statut “pesca turisme” soit clairement et précisément défini afin d'officialiser la pluriactivité. D'autre part, l'acquisition nécessaire de nouveaux bateaux, (répondant aux critères de sécurité, puissance moins importante, techniques de propulsion alternatives) qui participeront ainsi à la limitation de l'effort de pêche, devra probablement être aidé.

Recommandations


Afin de prévenir cette croissance et de gérer correctement l’activité, il faut intégrer les spécificités du whalewatching corse (aspect côtier en particulier) au projet de label en cours d’élaboration par le Sanctuaire PELAGOS, de la même façon que dans le code de bonnes conduites.
Nous suggérons la tolérance d’une activité d’observation côtière mais en contre partie d’un code plus restrictif :

  • Temps d’observation limité ;

  • Zone interdite étendue à 100 m, y compris pour les petits delphinidés ;

  • Définition de secteurs géographiques et d’horaires interdits (= zones refuges), fonctions de la biologie du Grand dauphin ;

  • Délivrance de licences officielles pour limiter le nombre d’opérateurs.


Ce label constituera un bon cadre (écologique) à l’ensemble des activités d’observation commerciale des Cétacés (strict et pescaturismo) sur l’île.
Des prospectives complémentaires ont été proposées, et notamment la définition de zones refuges pour les Grands dauphins. Offrant l’avantage de pouvoir être intégrées au règlement des Aires Marines Protégées, ces sites proscrits à l’observation pourraient également s’appliquer à la plaisance.

Il faudra également que le label soit respecté et sa bonne application surveillée par des organismes indépendants.

Dans ces conditions, tout converge vers la possibilité de maintenir deux éléments précieux du patrimoine Corse : la pêche artisanale et le Grand dauphin.
Imprimer


La solution, c'est vous !
Eco-volontaires
nous recherchons des écovolontaires disponibles 1 mois et demi : du 15 juin au 31 juillet ou du 1 août au 15 septembre 2006

En savoir +
Partenaires :
La commission européenne WWF Office de l'environnement de la Corse Reserve Naturelle des Bouches de Bonifacio Parc Naturel Régionnal de Corse Université de Corse Sanctuaire PELAGOS Direction Régionnale de l'environnement